Forum des ESCAMBARLOU

Le forum officiel de la troupe de théâtre d'improvisation de l'équipe de Bouillargues (prés de Nîmes): les ESCAMBARLOU!!!!!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 hommages...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: hommages...   Lun 22 Jan - 16:14

cheers


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur K
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 211
Age : 30
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Lun 22 Jan - 22:43

raté ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Jeu 22 Mar - 11:18



Brian Joubert champion du monde
1ère médaille d'or française depuis 1965
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 20 Avr - 9:58

L'acteur français Jean-Pierre Cassel, révélé par les comédies de Philippe de Broca dans les années 1960 et amoureux de comédie musicale, est mort jeudi 19 avril à Paris, à l'âge de 74 ans "des suites d'une longue maladie", a indiqué son entourage, vendredi, dans un communiqué.

Né le 27 octobre 1932 à Paris sous le nom de Jean-Pierre Crochon, Jean-Pierre Cassel, fils d'un médecin et d'une chanteuse d'opéra et père de l'acteur Vincent Cassel, a été découvert par Gene Kelly avant de briller dans les comédies de Philippe de Broca dans les années 1960 (Les Jeux de l'amour, Le Farceur).

Cet amateur de music-hall, passionné de comédie musicale, avait aussi tourné avec les plus grands cinéastes, qui lui confiaient souvent des rôles de séducteur, de Renoir (Le Caporal épinglé) à Buñuel, en passant par Chabrol, Clair, Losey, Melville ou encore Altman.

Mêlant à merveille séduction et ironie, Jean-Pierre Cassel a laissé son empreinte sur des films des années 1960 et 1970, tels que L'Armée des ombres de Melville ou Le Charme discret de la bourgeoisie de Buñuel.

Dans les années 1980 et 1990, il s'est fait moins présent au cinéma, préférant le petit écran et les planches, mais il a joué dans Chouans ! avec Broca en 1988 et La Cérémonie de Chabrol en 1995.

Ces dernières semaines, il était à l'affiche du premier film réalisé par le comédien Roschdy Zem, Mauvaise Foi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Lun 30 Juil - 18:40

Mort de Michel Serrault, monstre sacré du cinéma françaisPARIS (AFP)
Michel Serrault, mort dimanche soir à l'âge de 79 ans, était un monstre sacré du cinéma français, célébré pour ses rôles comiques puis plus sombres, et de nombreuses personnalités ont rendu hommage lundi à l'acteur.L'événement

(publicité)
Michel Serrault est mort des suites d'une longue maladie, dans sa maison de Honfleur (Calvados), où ses obsèques seront célébrées jeudi. L'annonce de son décés est survenue quelques heures avant la disparition d'un géant du cinéma, le réalisateur suédois Ingmar Bergman.

En plus d'un demi-siècle d'une impressionnante carrière, jalonnée de trois Césars, cet homme au physique ordinaire a joué dans quelque 135 longs métrages et de nombreux téléfilms, sous la direction de réalisateurs comme Clouzot, Chabrol, Mocky, Lautner, Audiard, Blier, Zidi ou Kassovitz.

Né le 24 janvier 1928 à Brunoy (Essonne), dans une famille modeste et chrétienne, il était entré à 14 ans au petit séminaire. Il avait finalement choisi l'univers du spectacle tout en conservant une foi profonde.

Doté d'un caractère fougueux, cabotin, provocateur, franc et chaleureux Michel Serrault répétait que le principal souci dans son métier était de ne pas ennuyer le spectateur.

Grâce à cette ambition, il a accumulé une impressionnante galerie de portraits, se glissant avec la même aisance dans la peau de personnages ambigus et dramatiques, du Dr Petiot à Zaza, l'homosexuel excentrique de "La cage aux folles", d'Harpagon à Nestor Burma.

Le public n'a longtemps attendu de lui qu'une seule chose: qu'il fasse rire. Mais comme tous les clowns qu'il prenait d'ailleurs pour modèles, Michel Serrault était dans le fond assez triste. Il se définissait comme "l'âme de Chaplin sur un corps d'apothicaire".

Il a démarré sa carrière en 1949, au sein de la troupe des "Branquignols" de Robert Dhéry et était apparu pour la première fois au cinéma en 1954 dans "Ah! les belles bacchantes!" de Jean Loubignac. Avec son complice et ami Jean Poiret (mort en 1992), il monte un numéro de cabaret qui fait les beaux soirs de l'Alhambra, de Bobino ou de l'Olympia.

Puis, pendant vingt ans, Michel Serrault accumule les rôles plus qu'il ne les choisit véritablement. Les navets, il les appellait "mes exercices de style". "Mes auditions, poursuivait-il, je les ai passées à l'écran".

Il retrouve Poiret pour "La cage aux folles" (pièce écrite par ce dernier qui fera plus tard l'objet du film) qu'ils jouent plus de 1.500 fois. Au milieu des années 70, ses personnages s'étoffent et on le voit dans des rôles dramatiques comme dans "Garde à vue" (Miller), "L'ibis rouge" (Mocky), "Les Fantômes du chapelier" (Chabrol). Jouer "les tordus" l'amusait, disait-il.

Au théâtre, on le remarque dans "L'Avare" (1986, dirigé par Roger Planchon) et dans "Knock" (1992, mise en scène de Pierre Mondy). A la télé, il campe en 2003 pour TF1 Gaston Dominici et reprend son rôle de l'Avare pour France 3 à Noël dernier.

Sa disparition a suscité une vague d'hommages, tant dans le milieu du spectacle que politique.

Le président Nicolas Sarkozy a salué "un monument du monde du théâtre de boulevard, du cinéma et de la télévision".

Il avait "le don d'apporter une évidente authenticité aux caractères qu'il savait dépeindre, quel qu'en soit le registre", selon la ministre de la Culture Christine Albanel.

Pour le réalisateur Bertrand Blier, "Michel était un effet spécial à lui seul, comme Michel Simon ou Louis de Funès. Il était un fou furieux de génie, tour à tour dans la poésie, l'iréel mais aussi dans la gravité la plus absolue"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Mar 28 Aoû - 4:19



sans entrer dans la polémique politique.. je l'aimais bien ce petit bonhomme!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 7 Sep - 16:51

Pavarotti est mort cette nuit...que son chant emplisse le ciel de milliers d'étoiles scintillantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 14 Sep - 6:13

Jacques Martin l'"impertinent" meurt à 74 ans

Tour à tour journaliste, chansonnier, comédien, fin gourmet mais surtout animateur populaire des longs après-midi dominicaux du service public à la télévision, Jacques Martin est mort.

(publicité)
Celui qui avait aussi été 15 ans durant un des sociétaires des "Grosses Têtes" sur RTL est décédé vendredi matin, à l'âge de 74 ans, à l'hôtel du Palais à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) où il s'était retiré depuis quelques mois.

Né à Lyon le 22 juin 1933, fils d'industriel, Jacques Martin, à la fois fin gourmet et fin cuisinier était le petit-fils du chef Joannès Ducerf , qui servit à la table du tsar Nicolas II et fut le mentor de Paul Bocuse. Un amour de la bonne chère que l'animateur touche-à-tout avait d'ailleurs transmis à son fils David. Lui-même devenu chef, David Martin a fait ses premiers pas télévisuels dans l'émission culinaire produite et présentée par son père en préambule de "Dimanche Martin" sur France-2.

Après des débuts comme humoriste au côté de Jean Yanne à l'ORTF, c'est d'abord grâce à son émission satirique du dimanche midi "Le Petit rapporteur" sur TF1, alors chaîne publique, une parodie de journal télévisé passant en revue l'actualité de la semaine, qu'il prend rendez-vous avec les téléspectateurs français. Avec à ses côtés, d'autres jeunes talents tels que Pierre Desproges, Piem, Stéphane Collaro ou encore Pierre Bonte. C'est ensuite sur Antenne-2, (devenue France-2) avec "La Lorgnette", qu'il signe avec le service public et les téléspectateurs, un bail de plus de vingt ans.

S'ensuivront des rendez-vous, tous marqués par un mélange des genres qu'il affectionnait, se disant lui-même "amuseur public". Il rencontre le succès et devient un animateur incontournable du paysage audiovisuel et du service public en particulier, mais également l'un des premiers animateurs- producteurs en créant sa société Jacques Martin Productions (JMP), au côté de son fidèle lieutenant Bernard Legrand.

"Incroyable mais vrai", "Thé dansant", "Le Monde est à vous", un jeu de questions-réponses avec comme cadeaux des voyages au tour du monde, une nouveauté à l'époque, mais aussi "Ainsi, font, font, font, font", dans laquelle il a donné sa chance aux jeunes pousses de la scène comique qu'étaient alors Laurent Gerra, Virginie Lemoine ou Laurent Ruquier: tous ces programmes ont balisé les dimanches après-midi de millions de téléspectateurs français.

L'un de ses programmes-phares fut sans nul doute "L'Ecole des fans", un passage obligé des chanteurs en tournée de promotion, auxquels même les plus se prêtèrent de bonne grâce dès 1977. L'émission, dans laquelle de jeunes enfants interprétaient les chansons d'artistes confirmés avait à l'époque le mérite de rassembler tous les publics, à une période où les mesures d'audiences n' imposaient pas encore leur loi.

Victime d'une hémorragie cérébrale en 1998, Jacques Martin dut interrompre sa dernière émission "Sous vos applaudissements", pour laquelle le comédien Jean-Claude Brialy le remplaça jusqu'à la fin de la saison.

Père de huit enfants, Jacques Martin a convolé trois fois et vécu maritalement avec la comédienne Danièle Evenou.

Deux enfants sont nés de sa première union, David, cuisinier et animateur télé, et Elise. Deux fils sont nés de sa relation avec Danièle Evenou, Frédéric et Jean-Baptiste. En 1984, il épousait Cécilia Ciganer-Albeniz, devenue Cécilia Sarkozy, à qui il a eu deux filles, Judith et Jeanne-Marie. Quant à sa dernière épouse, Céline, une hôtesse rencontrée sur le plateau du "Monde est à vous", elle lui a donné deux enfants, Juliette et Clovis. Le couple devait se séparer en début d'année, peu avant que celui qui fut l'un des animateurs préférés des Français ne se retire à Biarritz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 14 Sep - 6:16

On peux aussi rendre hommage à des VIVANTS - on est dans le morbide ici affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 14 Sep - 6:38

de leur vivant on y fait pas attention!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 14 Sep - 12:24

Je rends hommage à mes converses qui nous ont quittés hier soir après 2 ans de bons et loyaux services... elles n'ont pas résisté à leur dernier relooking et sont mortes sur le coup...^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Mer 26 Sep - 12:07



Grande humoriste...qui nous a quittée pour élever son nouveau né!

"chapeau bas l'artiste"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Jeu 27 Sep - 14:28

sérieux?? affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 28 Sep - 12:17

oui....d'ailleurs c'ets une ptite fille: Toni Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Jeu 4 Oct - 14:38

Hommage à locurence qui a quitté nos beaux cours d'impro pour faire du tir à l'arc...tu vas nous manquer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Ven 5 Oct - 6:28



Hier suis allée à son concert!!!! Trop classsssseeeee cette femme sur scène!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Sam 6 Oct - 7:50

c'est qui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Sam 6 Oct - 8:29

Zaziiiiiiie!!!!! Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Sam 6 Oct - 8:48

j'adore ses chaussettes Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur K
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 211
Age : 30
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Sam 6 Oct - 21:51

http://www.dailymotion.com/monsieurkiii/video/5291142

http://youtube.com/watch?v=ScZQM0lDya4

http://video.google.fr/videoplay?docid=-6002529298769904131&hl=fr


hé hé hé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bibi
Admin
avatar

Nombre de messages : 2788
Localisation : Bouillargues
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Dim 7 Oct - 7:54



J'adooooore et vous avez un chanteur qui chante super bien!!!^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escambarlou.cultureforum.net
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Dim 7 Oct - 11:36

oh yeeeeeeeeeeeeeeeeaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhh!!!!!!!! je suis fan!!! (mais c'est pas beau de fumer ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Mar 30 Oct - 4:53

RONAN LUCE

A 26 ans, il impose une nouvelle désinvolture avec son titre "La Lettre" : découvert en première partie de Bénabar, cousin stylé de Thomas Fersen ou BabX, Renan Luce s'installe en toute simplicité parmi les plus fines nouvelles plumes de la scène française.

Tout commence comme un western en chambre, une chevauchée apprivoisée, une sombre et drôle histoire de voyeur racontée, caméra subjective au poing, par l’homme qui nous intéresse ici. Renan Luce préfère donc « aux voisins les voisines », et à en juger par son goût des rythmiques qui trottinent, galopent ou s’emballent carrément, il a peut-être appris la musique en regardant, deux trous découpés dans les draps, John Wayne sillonner la vallée, Charles Bronson rissoler pendant des heures au soleil ou Lucky Luke s’effacer à contre-jour sur l’horizon. Poor lonesome cowboy ? Sa chanson Repenti nous le confirme, et le goudron et les plumes de la pochette également, Renan Luce aime endosser des rôles plus grands que lui, sentir le frisson de l’aventure lui rebrousser les poils. Il aime aussi la poésie et la dérision, et puis chanter à s’en faire dérailler la voix des petites histoires étonnantes à l’intérieur desquelles on se sent immédiatement à l’aise, cueillis toutefois par leur charmante virtuosité. Mais revenons au western, puisqu’il se trouve que Renan est originaire du Far West français, du Far Ouest si on préfère - de Morlaix pour être précis -, théâtre d’une enfance tranquille et studieuse, souvent derrière un piano ou un saxophone.

Dix ans de Conservatoire plus loin, ses envies le poussent hors des limites du classique. Son frère aîné poursuit une carrière de concertiste pendant que Renan bifurque vers les musiques légères, troque le piano contre une guitare et, presque sans complexe, commence à écrire. Il a 17 ans, beaucoup d’illusions, mais il se rend compte assez vite qu’à trop tourner autour de son nombril, ses textes vont bientôt s’y noyer dans l’indifférence générale. Heureusement, il y a Georges Brassens, finalement le seul chanteur country français. Cette découverte encourage Renan à peaufiner ses chansons qu’il envisage désormais concises, érudites, un peu loufoques et surtout très libres. Tout s’éclaire subitement du jour où il décide de se mettre à distance raisonnable de ses histoires. En premier spectateur, il s’étonne de leurs audaces, de leurs tournures folles, du sourire jamais facile qu’elles ont le pouvoir de faire éclore et aussi des petites émotions qu’elles transportent comme une précieuse offrande. Depuis qu’il laisse son imaginaire s’écarquiller au fil de la plume, il ne connaît plus l’angoisse de la feuille blanche, il lui arrive en revanche de se mettre à sa place (Je suis une feuille), où de tomber amoureux sans honte d’une femme de « lettre » qui ne lui était pas destinée.

Usurpateur d’identité occasionnel pour les besoins narratifs de ses chansons, Renan Luce possède en revanche une forte personnalité d’auteur-compositeur qui rénove d’anciens canons de la chanson folk made in France (Le Forestier, Moustaki, Dick Annegarn…) en leur faisant croiser ses héritiers récents les plus turbulents (Thomas Fersen, Albin de La Simone). Il a 26 ans aujourd’hui, il a déjà écumé des scènes aux capacités extrêmes – des bars borgnes à trois tables jusqu’au Zénith, en première partie de Bénabar. L’an dernier, il a proposé un rendez-vous dominical pendant trois mois dans un théâtre parisien pour y rôder un répertoire dont on commence, ici et là, à louer l’originalité, la subtilité mais également la manière unique dont la voix de Renan le transporte. Enfin, tout récemment, il a reçu une première distinction lors du très réputé festival Alors… chante ! de Montauban, d’où il est reparti lesté du prix le plus convoité : celui du public. Pour son premier album, Renan Luce n’a pas simplement cherché à reproduire une formule déjà validée sur scène. On en retrouve certes les ingrédients de base – les guitares, la contrebasse, l’orgue – mais également une vaste palette d’instruments, de sons, d’écumes et d’atmosphères qui embrasent certaines chansons, en dégoupillent d’autres, surprennent toujours par leur variété de timbres et de rythmes.

Jean-Louis Piérot à la réalisation et Bruno Dejarnac à la prise de son et au mixage furent à ce titre des partenaires déterminants pour mettre un peu d’ordre dans les idées de Renan, lui qui cherchait notamment à retrouver les sensations chaleureuses de certaines productions folk des années 60-70. A écouter Lacrymal circus et son bastringue distingué, on reconnaîtra l’empreinte lointaine de Tom Waits, tandis que I was here possède quelque chose de Dylan que peu de français avaient réussi avant lui à capturer. Scénariste pétri d’empathie pour sa petite comédie humaine dont chaque personnage possède sans doute un peu de son ADN – de Monsieur Marcel, le fossoyeur narcoleptique jusqu’à l’insomniaque de Nuit blanche - Renan Luce s’autorise un seul autoportrait frontal, le temps du voluptueux et tentaculaire Mes racines. Cette fois, il donne sans doute rendez-vous du côté de chez Ferré, surtout pour cette façon d’être épique sans jamais tomber dans l’emphase. Ce « savoir doser », cette façon d’oser aussi des formes musicales nouvelles pour chacune ou presque de ses chansons - avec toutefois une tonalité d’ensemble aérienne et acoustique –, cette écriture saillante, déjà unique, font que Renan Luce en impose d’emblée.

« Cherche regard neuf sur les choses… » dit L’iris et la rose, la dernière chanson son premier album.

Ne cherchons plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandarine
Meilleur(e) tais- toi
avatar

Nombre de messages : 3844
Age : 42
Localisation : A côté de ses pompes
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: hommages...   Mar 30 Oct - 4:58

C'EST RENAN PAS RONAN Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coquillette
Tais-toi 3
avatar

Nombre de messages : 1782
Age : 24
Localisation : Dans ton assiette
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: hommages...   Jeu 8 Nov - 14:06

pourquoi t'as pas édité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hommages...   

Revenir en haut Aller en bas
 
hommages...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mes hommages Messieurs Dames
» Hommages à 2 soeurs d'arme
» Hommages aux cat-cat-baché
» 4 déc - En hommage à mon grand-père (DT MonScrapbook)
» Vent de novembre (hommage à Guillaume Apollinaire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des ESCAMBARLOU :: Détente :: Blablabla-
Sauter vers: